« LE COMBLE DE LA CONNERIE* C’EST DE FAIRE TOUJOURS LA MÊME CHOSE ET DE S’ATTENDRE A DES RÉSULTATS DIFFÉRENTS » Albert Einstein

* Traduction libre de « insanity »

  • Gazouillement
  • Youtube

Pour une politique sans politiques

UNE DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE EST ACCEPTABLE, À LA SEULE CONDITION QUE LES ÉLUS REPRÉSENTENT LES CLASSES SOCIALES DE LA NATION. CE QUI N’EST PAS LE CAS TANT QUE LES ÉLUS REPRÉSENTENT DES PARTIES POLITIQUES.
CE QU’IL FAUT DONC IMPÉRATIVEMENT CHANGER C’EST L’ÉLIMINATION DU RÉGIME DES PARTIS, ET LES POLITIQUES DE LA POLITIQUE
LES ÉLUS NE DOIVENT PLUS ÊTRE DES REPRÉSENTANTS, MAIS DES DÉLÉGUÉS DU PEUPLE.

POUR UNE VRAIE REPRÉSENTATION DU PEUPLE

Sous la présente Constitution de 1958, les candidats prétendant à un siège de député sont élus selon un découpage géographique de circonscriptions électorales.

 

Seul problème : En quoi un découpage géographique est-il censé représenter les désirs, les aspirations, les choix sociaux, les valeurs  et la diversité des classes sociales de la nation ? Surtout que le Sénat est déjà censé représenter les populations locales, et les administrations territoriales.

 

Ne serait-il pas plus représentatif que chaque groupe social de la société française ait ses propres représentants pour défendre des intérêts qui les concernent directement ? Ainsi,  enseignants, syndicats,  entrepreneurs,  artisans, agriculteurs, ouvriers, étudiants, fonctionnaires, pécheurs, associations caritatives, retraités, entrepreneurs, et pourquoi pas SDF, etc., auraient leurs propres députés  les représentants.

 

Au lieu de représenter des partis, l’Assemblée nationale doit représenter les TOUTES LES PARTIES PRENANTES de la société. Ce qui n’est pas le cas dans le système actuel.